Architecture du XXe siècle à nos jours

  • Nos articles
  • /
  • Les mesures de protection et de valorisation du patrimoine du XXe siècle
Les mesures de protection et de valorisation du patrimoine du XXe siècle
le 2016-04-29

Le logotype « Patrimoine du XXe siècle » atteste de la labellisation d’un bâtiment ou un ensemble urbain, et de l’intérêt qu’il présente

La connaissance, la conservation et la mise en valeur du patrimoine architectural et urbain du XXe siècle constituent l’un des enjeux majeurs des politiques à venir. Si quelques réalisations emblématiques se sont vu rapidement reconnaître une valeur patrimoniale, la grande majorité souffre d’un manque de reconnaissance et reste aujourd’hui menacée de détériorations, dénaturations, voire de démolitions.

La protection au titre des Monuments historiques

Certaines réalisations du XXe siècle présentent un intérêt historique et/ou architectural suffisant au regard de l’histoire de l’architecture régionale ou nationale. Dans ce cas, une protection au titre des Monuments historiques peut être envisagée. Il existe en France deux types de protection. Le classement est le plus haut niveau de protection, pour les édifices dont « la conservation présente, au point de vue de l’histoire ou de l’art, un intérêt public ». Des réalisations aussi diverses que la Maison Prouvé (Nancy), l'Ermitage de Saint-Rouin (Beaulieu-en-Argonne), l'Eglise Saint-Remy de Baccarat ou le  Museumotel à Raon-l'Étape sont classées. L’inscription concerne ceux « qui présentent un intérêt d’histoire ou d’art suffisant pour en rendre désirable la préservation », tels la Rotonde de Thaon-les-Vosges, le site industriel de Bataville à Moussey et l'église de la Nativité-de-la-Vierge (Fleury).

Ces mesures interviennent parfois pour contrecarrer de lourdes modifications ou des projets de destruction. La Cité radieuse de Briey fut protégée pour ces raisons. Aujourd’hui encore, un faible pourcentage de réalisations architecturales du XXe siècle figure parmi les édifices protégés au titre des Monuments historiques.

Le label « Patrimoine du XXe siècle »

Initiée par le ministère de la Culture et de la Communication, la création en 1999 du label « Patrimoine du XXe siècle » constitue une étape importante dans la prise en compte des créations du siècle dernier. Contrairement à l’inscription ou au classement, il ne génère ni mesures de protection ni contraintes.

Ce label a pour objectif d’attirer l’attention du public et des décideurs sur les réalisations dont l’intérêt architectural et urbain justifie leur transmission aux générations futures en tant qu’élément du patrimoine du XXe siècle. Leur présentation à des publications et expositions, leur inscription sur la base Mérimée (base de données sur le patrimoine français) et l’apposition d’une plaque informative (un logotype, voir illustration), sont autant de mesures de promotion destinées à les mettre en lumière. La label peut être attribué soit à une œuvre isolée (église, école, villa, etc.), soit à un ensemble urbain.

En 2000, quatre réalisations lorraines reçoivent cette distinction : l'ancienne usine de confiture Lerebourg (Liverdun), l'Eglise Notre-Dame-des-Pauvres (Nancy), la Tour des Coopérateurs (Nancy) et l'Eglise Notre-Dame-au-Cierge (Epinal).

Face au nombre limité de labellisations à la fin des années 2000, la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Lorraine (DRAC) opère en 2013 une nouvelle campagne de trente labellisations. L’architecture religieuse y est représentée, avec par exemple l'Eglise Saint-Martin-l’Evêque de Corny-sur-Moselle et le groupe paroissial Saint-Michel de Saint-Max. Deux ensembles de logements conçus par Émile Aillaud en Moselle, dont la Cité du Wiesberg (Forbach), également sélectionnés, illustrent l’extension de la notion de patrimoine à l’échelle urbaine.

En 2015, une cinquantaine de nouvelles opérations ont été examinées par la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites (CRPS). La labellisation d’une réalisation sélectionnée n’est effective qu’après l’accord du propriétaire et la validation par la Préfecture.

Bibliographie

ANDRIEUX Jean-Yves, CHEVALLIER Fabienne, Le patrimoine monumental. Sources, objets et représentations, Rennes, PUR, 2014.

BADY Jean-Pierre, Les monuments historiques en France, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? »,‎ 1985.

MONNIER Gérard, L’architecture du XXº siècle, un patrimoine, coll. « Patrimoines références », Editions SCÉREN CNDP-CRDP,  Créteil, 2004, 238 p.

Direction Régionale des Affaires Culturelles de Lorraine, Les monuments historiques (Immeubles), fév. 2013, fiche conseil disponible sur http://www.culturecommunication.gouv.fr

Site du patrimoine XXe siècle labellisé

Illustration

Crédit photo : © Ministère de la Culture et de la Communication

Découvrez les réalisations en Lorraine concernées par cet article :

  • Eglise Notre-Dame-au-Cierge (Épinal - 88)

    Conçue par Jean Crouzillard, architecte en chef de la reconstruction d'Épinal, l'église Notre-Dame-au-Cierge est l'une des réalisations les plus significatives en matière d'architecture religieuse de la seconde moitié du XXe...
  • Eglise de la Nativité-de-la-Vierge (Fleury - 57)

    Pour l'église de la Nativité-de-la-Vierge de Fleury, l'architecte Georges-Henri Pingusson  emploie des dispositifs simples et traditionnels qu'il magnifie par une maîtrise subtile de la lumière naturelle . L'ingéniosité...
  • Eglise Saint-Martin-l’Evêque (Corny-sur-Moselle - 57)

    Construite par l'architecte Georges-Henri Pingusson , l'église Saint-Martin-l'Evêque est composée à partir d'un plan carré adossé contre un épais mur de moellons .   Associée à celle élancée du   campanile aux lignes...
  • Ermitage de Saint-Rouin (Beaulieu-en-Argonne - 55)

    Construit entre 1954 et 1961, l'ermitage de Saint-Rouin est érigé au cœur de la forêt d'Argonne selon les plans élaborés par le père Rayssiguier, dominicain, disciple de Le Corbusier et co-auteur de la chapelle de Vence. Cette...
  • Eglise Notre-Dame-des-Pauvres (Nancy - 54)

    Le groupe paroissial Notre-Dame-des-Pauvres est réalisé par l'architecte lorrain Dominique-Alexandre Louis entre 1960 et 1966. Outre son importance dans l'histoire urbaine du quartier du Haut-du-Lièvre, cette construction représente...
  • Groupe paroissial Saint-Michel (Saint-Max - 54)

    Le groupe paroissial Saint-Michel est réalisé entre 1956 et 1962 sur les plans de l'architecte Pierre Tauvel, sous l'impulsion du prêtre bâtisseur André Vailland. Les travaux sont majoritairement financés et réalisés par les...
  • Eglise Saint-Remy (Baccarat - 54)

    Construite entre 1954 et 1957 par l'architecte Nicolas Kazis, l'église Saint-Remy de Baccarat est l'un des édifices majeurs de la Seconde Reconstruction en Lorraine. Pour ce projet, l'architecte emploie la technique du claustra...
  • Cité du Wiesberg (Forbach - 57)

    La Cité du Wiesberg , réalisée par l'architecte Emile Aillaud , s'inscrit dans la lignée de la Cité de l'Abreuvoir à Bobigny (1954) et des Courtillières à Pantin (1956) - toutes deux labellisées "Patrimoine du XXème...