Architecture du XXe siècle à nos jours

  • Nos articles
  • /
  • Architecture du XXe siècle en Lorraine :
Architecture du XXe siècle en Lorraine :
Générations successives, courants et influences
le 2016-04-29

Pour étendre le musée des beaux-arts de Nancy, Laurent Beaudouin et son équipe dialoguent avec l’héritage architectural laissé par Emmanuel Héré au XVIIIe siècle et les frères Jacques et Michel André dans les années 1930

La Lorraine est historiquement une terre de brassages culturel et social. Le milieu architectural n’y fait pas exception, et ce, particulièrement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Tandis que les architectes locaux interviennent peu en dehors du département où ils exercent, et principalement à proximité des pôles urbains, le renouvellement de la profession en Lorraine est dynamisé par la campagne de Reconstruction. La région étant particulièrement sinistrée à l’issue de la guerre, le grand nombre de projets initiés par le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) incite des architectes extérieurs comme Georges-Henri Pingusson à y travailler. Certains d’entre eux s’y installent définitivement, à l’image du Rouennais Roland Flageul. Leurs interventions se poursuivent jusque dans les années 1970 alors que l’activité sidérurgique et charbonnière florissante donne à la région le surnom de « Texas Lorrain ». Les besoins croissants en matière de logements et d’équipements rendent nécessaires la réalisation de grands programmes de construction. Ainsi, les figures les plus réputées de l’architecture française s’invitent en Lorraine, comme Émile Aillaud, Jean Dubuisson, Le Corbusier, Claude Parent ou Bernard Zehrfuss.

Parallèlement, des familles de constructeurs, autour desquelles se constituent de véritables réseaux, influencent durablement certains territoires. C’est particulièrement vrai à Nancy où exercent les familles André et Prouvé, déjà impliquées dans le mouvement Art nouveau de l’école de Nancy avec Émile André et Victor Prouvé. Durant l’Entre-deux-guerres, leurs fils Jacques et Michel André, Henri Prouvé, et surtout Jean Prouvé, conçoivent à leur tour des architectures innovantes et deviennent des références après 1945. Les générations suivantes embrassent elles-aussi la carrière d’architecte avec Claude Prouvé et Jean-Luc André, puis les enfants de ce dernier. L’excellence du milieu architectural nancéien des Trente Glorieuses, renforcée par des figures éminentes comme Dominique-Alexandre Louis, Robert Anxionnat ou Jean Marconnet, est d’ailleurs saluée par l’obtention du prix de l’Equerre d’argent deux années consécutives : en 1969, par Jacques et Michel André pour le Musée de l’Histoire du fer et en 1970, par Louis Fleck pour la Tour des Coopérateurs. Leur savoir-faire s’étend également dans les Vosges, à Saint-Dié notamment, et en Moselle, en témoignent l’église nomade du Christ-Roi de Bellevue et l’école rurale de Vantoux, dessinés par Jean Prouvé.

À ces générations souvent issues de l’école nationale des beaux-arts de Paris succède celle formée dans les nouvelles écoles d’architecture. L’école nancéienne est créée en 1969. Tout en conservant une sensibilité pour la rigueur constructive héritée de Jean Prouvé, l’enseignement dispensé s’ouvre aux influences italiennes, suisses ou portugaises, entre autres. L’impulsion de cette évolution est concrétisée dans les réalisations des agences Beaudouin, Canonica-Cartignies et François-Henrion, enseignants à l’école, mais aussi par le nouvel écrin de l’institution, dû à l’architecte tessinois Livio Vacchini.

A ce jour, la répartition des commandes entre les agences nationales, voire internationales, et locales persiste. Depuis les années 2000, on note une augmentation du nombre de projets confiés à des maîtres d’œuvre parisiens ou étrangers, tout particulièrement pour certains édifices phares, tel le Centre Pompidou-Metz. En parallèle, une nouvelle génération d’architectes lorrains émerge, s’inscrivant dans les questionnements contemporains liés au développement durable et à la filière bois. On citera par exemple les travaux remarqués de l’agence Haha et ceux de ses cadets de l’agence Studiolada, équipe lauréate des Albums des jeunes architectes paysagistes (AJAP) en 2014.

Bibliographie

ABRAM Joseph, Claude Prouvé. Le tri postal de Nancy. Œuvre majeure des années 70, Paris : Jean-Michel Place, 2006.

COLL., Jean Prouvé, Paris : Somogy, Nancy : Musée des beaux-arts, 2012.

COLL., Moselle Architecture, Le XXe siècle, Cent ans / cent bâtiments, Metz : Serge Domini, 2003.

Rubrique Ces architectes qui construisent la ville sur le site internet du CAUE 54 : http://www.caue54.com/architecte-ville-liste.asp

Illustration

Crédit photo : © Agence Beaudouin

Découvrez les réalisations en Lorraine concernées par cet article :

  • Camping intercommunal du Mettey (Vagney - 88)

    Construits en 2013, les dix "écologîtes" du camping du Mettey renouvellent l'expérience du séjour en forêt. Jouant de la métaphore de la cabane et, plus inattendue, de l'appareil-photo à soufflet, les édicules de bois se posent...
  • Foyer socio-culturel, médiathèque et aménagement du parc de la Carpière (Gondrecourt-le-Château - 55)

    Le projet du foyer socio-culturel de Gondrecourt-le-Château avec l'aménagement du parc de la Carpière est un exemple de requalification en centre bourg. En plaçant l'Ornain au cœur de leur réflexion, les architectes Jean-Christophe...
  • Maison de La Bresse (La Bresse - 88)

    La Maison de La Bresse, initialement dénommée Maison des Arts et Métiers de la Haute Moselotte, est une savante réinterprétation des formes vernaculaires vosgiennes. Ses façades avant et arrière, très différentes l'une de...
  • Hôtel du département de Meurthe-et-Moselle (Nancy - 54)

    L'Hôtel du département de Meurthe-et-Moselle s'avère doublement intéressant par les deux époques de l'histoire de l'architecture dont il témoigne. L'ancien hôpital militaire Sédillot a toute l'ampleur académique et rationaliste...
  • Centre périscolaire La Ruche (Tendon - 88)

    La Ruche, nom donné au nouveau centre périscolaire du village de Tendon, est un projet exemplaire où l'architecture et les ressources naturelles entrent en symbiose pour répondre aux enjeux structurels, esthétiques et écologiques...
  • Lycées Technique et Professionnel Henri Nominé (Sarreguemines - 57)

    Le complexe scolaire Henri Nominé est conçu au cours des Trente Glorieuses par Georges-Henri Pingusson , l'un des architectes français majeurs du XXe siècle. L'ampleur de cette commande donne lieu à un plan habile, guidé...
  • Collège Montaigu (Heillecourt - 54)

    Le collège Montaigu de Heillecourt est un édifice conçu par l'agence nancéienne Beaudouin-Husson au début des années 2000. Son vocabulaire architectural surprend en banlieue de Nancy tant il semble venu de contrées plus ensoleillées...
  • École nationale supérieure d'architecture (Nancy - 54)

    Conçue par l'architecte tessinois Livio Vacchini, l'école d'architecture de Nancy est un véritable manifeste. Sa composition rigoureuse, toute de béton blanc, est offerte comme objet d'étude aux futurs architectes qui y étudient...
  • Cité du Wiesberg (Forbach - 57)

    La Cité du Wiesberg , réalisée par l'architecte Emile Aillaud , s'inscrit dans la lignée de la Cité de l'Abreuvoir à Bobigny (1954) et des Courtillières à Pantin (1956) - toutes deux labellisées "Patrimoine du XXème...