Architecture du XXe siècle à nos jours

  • Nos articles
  • /
  • Mutation l’Église en Lorraine :
Mutation l’Église en Lorraine :
le renouveau de l’architecture religieuse au cours des Trente Glorieuses
le 2016-04-29

Les voiles de béton orientent la lumière naturelle vers le chœur.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale émerge en France un mouvement de renouveau de l’architecture religieuse, sous l’impulsion d’un clergé soucieux de repositionner l’Église au cœur de la création contemporaine. S’appuyant sur une liturgie réformée, la communauté religieuse s’engage dans l’édification de nouveaux lieux de culte : ces programmes de construction sont l’occasion de concevoir des formes audacieuses, permises par l’emploi de techniques constructives innovantes. Celles-ci déclinent la mise en œuvre du béton sous des formes armées, modulaires (agglomérées par panneaux, par exemple), ou associées au bois lamellé-collé des charpentes. Ces formes ont principalement recours à des techniques de préfabrication, comme le décrit l’article Recherche et innovation : l’industrialisation de l’architecture. Dans cet élan de construction, deux dynamiques semblent émerger, s’orientant soit vers la reconstruction, soit vers l’édification. La première s’attache à la reconstruction proprement dite des édifices détruits durant le conflit. C’est le cas notamment à Saulcy-sur-Meurthe et à Boust. La seconde s’oriente vers l’édification d’édifices cultuels dans les nouveaux quartiers construits le plus souvent à la périphérie des grandes villes, à l’image de l’Eglise Saint-Paul d’Épinal ou l’Eglise Sainte Jeanne-d'Arc de Verdun.

Au sortir de la guerre, le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme (MRU) recense environ quatre mille églises détruites ou endommagées, dont environ cinq cents en Lorraine. Les chantiers de reconstruction, qui se concentrent majoritairement dans la décennie 1950, constituent un champ d'expérimentation inédit pour toute une génération d'architectes, dont Émile Aillaud, Pingusson, Jean Prouvé ou encore Roger Henri Expert. Conscient de l'évolution des mentalités, le clergé joue un rôle moteur dans ce renouvellement formel et architectural. Se distingue ici l’action de l’abbé Etienne Aubry à Lunéville, et du père Rayssiguier à Beaulieu-en-Argonne. Dans ce processus de reconstruction, les architectes doivent également répondre aux exigences de divers acteurs (le maire, le clergé, les représentants locaux du MRU, etc.), tout en respectant les limites budgétaires imposées par les coopératives de reconstruction des églises sinistrées. Les recherches en matière d’architecture religieuse prennent des formes variées durant cette période : à Villey-le-Sec et Jeanménil, les églises s’inspirent du style traditionnel dans une écriture épurée, tandis qu’à Moyenvic s’affiche une expression résolument moderne.

En outre, le paysage urbain des diocèses lorrains au cours de la seconde moitié du XXe siècle connaît de profondes transformations. L'exode rural, l'un des principaux facteurs de ces modifications, entraîne un afflux de population dans les zones périurbaines. De nouveaux ensembles de logements voient le jour principalement dans les années 1960-1970, tant pour faire face à l'insalubrité du parc immobilier que pour répondre à l'accroissement démographique. Le quartier des Provinces à Laxou illustre ce phénomène. En réaction, les diocèses doivent alors repenser l'organisation de leurs paroisses et leurs choix d’implantation des lieux de culte. Leur insertion privilégie autant que possible une localisation au centre du quartier afin de conforter l’intérêt des fidèles, comme l’illustre l’Eglise Notre-Dame du Wiesberg à Forbach. Tirant avantage de l’emploi de formes architecturales novatrices, les églises sont conçues comme des éléments de repères urbains afin de faciliter leur identification dans leur environnement bâti. C’est ainsi qu’est conçu le groupe paroissial Saint-Michel de Saint-Max, dont la volumétrie sobre et particulière se distingue de l’ensemble d’habitations composant le quartier où il est implanté. Cette période voit également se multiplier les églises catholiques de plan centré construites, pour les unes, sur un plan circulaire, telle Notre-Dame-des-Pauvres à Nancy ou ovale, à l’image de l’Eglise Saint-François d'Assise de Vandœuvre-lès-Nancy, et pour les autres, sur un plan carré comme l’Eglise Notre-Dame du Rosaire (Forbach) et l’Eglise Sainte-Anne (Nancy). L’église circulaire ou polygonale apparaît en effet aux yeux des élites chrétiennes comme le parti le mieux adapté aux nouvelles exigences du culte, assurant d’une part une visibilité optimale de l’action liturgique et évitant, d’autre part, l’éloignement des fidèles par rapport à l’autel qu’imposait un plan basilical ou en croix latine.

Les réflexions menées dans les diocèses de France concernant la question du plan centré sont entérinées par le Concile Vatican II (1962-1965), dont la vocation est d’inciter les fidèles à participer aux célébrations liturgiques.

Bibliographie

DEBIÉ Franck & VÉROT Pierre, Urbanisme et art sacré. Une aventure du XXe siècle, Paris : Critérion, 1991.

FREMAUX Céline, Architecture religieuse au XXe siècle. Quel patrimoine ?, Rennes : Presses universitaires de Rennes, Institut national du patrimoine, 2007.

LENIAUD Jean-Michel, Vingt siècles d'architecture religieuse en France, Paris : SCEREN-CNDP, 2007.

ROBIN Suzanne, Églises modernes : évolution des édifices religieux en France depuis 1955, Paris : Hermann, 1980.

Illustration

Crédit photo : Lucile Pierron/LHAC/ENSA Nancy © URCAUE Lorraine

Découvrez les réalisations en Lorraine concernées par cet article :

  • Eglise de la Nativité de la Vierge (Villey-le-Sec - 54)

    Ouverte au culte en 1955, l'église de la Nativité de la Vierge conçue par Gaston Schmit s'inscrit dans un courant régionaliste puisant son inspiration dans les formes architecturales traditionnelles. Les volumes épurés et les...
  • Eglise Saint-Jean-Baptiste (Saulcy-sur-Meurthe - 88)

    Construite entre 1962 et 1964, l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste remplace l'ancienne église bâtie au XVIIIe siècle, totalement dévastée pendant la Seconde Guerre mondiale. Entièrement réalisé en béton et en pierres...
  • Eglise Notre-Dame du Wiesberg (Forbach - 57)

    Construite entre 1965 et 1967 au cœur de la Cité du Wiesberg  à Forbach, l' église Notre-Dame appartient à la composition du quartier réalisé par l'architecte Emile Aillaud . Seul édifice religieux dont il est l'auteur...
  • Eglise Saint-Maximin (Boust - 57)

    Construite au début des années  1960 par l'architecte Georges-Henri Pingusson , l'église Saint-Maximin est d'une modernité particulièrement affirmée. Inscrite dans une rotonde associant moellons bruts en pierre de pays...
  • Eglise Saint-Pient, Saint-Agen, Sainte-Colombe (Moyenvic - 57)

    Entièrement construite en béton armé, l'église Saint-Pient, Saint-Agen, Sainte-Colombe, oeuvre de Gil Bureau, affiche un caractère résolument moderne, magnifié par des vitraux conçus par l'artiste lorrain Camille Hilaire et...
  • Eglise Notre-Dame du Rosaire (Forbach - 57)

    L'église Notre-Dame du Rosaire , œuvre de l'architecte André Le Donné , associe le béton et le grès rose dans une écriture architecturale caractéristique de la modernité, telle qu'elle s'est développée en Moselle au sortir...
  • Eglise Sainte Jeanne-d'Arc (Verdun - 55)

    Réalisée entre 1963 et 1965 à partir des plans de l'architecte Jean-Louis Fayeton, l’église Sainte-Jeanne-d’Arc à Verdun marque l'aboutissement de la construction de la Cité Verte, un quartier de logements collectifs réalisé...
  • Ermitage de Saint-Rouin (Beaulieu-en-Argonne - 55)

    Construit entre 1954 et 1961, l'ermitage de Saint-Rouin est érigé au cœur de la forêt d'Argonne selon les plans élaborés par le père Rayssiguier, dominicain, disciple de Le Corbusier et co-auteur de la chapelle de Vence. Cette...
  • Ancienne église Saint-Paul (Espace Europe) (Laxou - 54)

    Consacré en 1965, l’ensemble paroissial Saint-Paul à Laxou est conçu par l’architecte Pierre Mazerand pour répondre aux besoins grandissants de la population de la cité des Provinces construite dans les années 1950. Couverte...
  • Eglise Notre-Dame-des-Pauvres (Nancy - 54)

    Le groupe paroissial Notre-Dame-des-Pauvres est réalisé par l'architecte lorrain Dominique-Alexandre Louis entre 1960 et 1966. Outre son importance dans l'histoire urbaine du quartier du Haut-du-Lièvre, cette construction représente...
  • Groupe paroissial Saint-Michel (Saint-Max - 54)

    Le groupe paroissial Saint-Michel est réalisé entre 1956 et 1962 sur les plans de l'architecte Pierre Tauvel, sous l'impulsion du prêtre bâtisseur André Vailland. Les travaux sont majoritairement financés et réalisés par les...
  • Eglise Saint-François d'Assise (Vandoeuvre-lès-Nancy - 54)

    L'église Saint-François d'Assise est un édifice remarquable de la modernité architecturale de l'après-guerre en Lorraine. Construite sur plan centré, en béton et en métal, elle constitue l'unique témoignage des réflexions...
  • Eglise Saint-Léopold (Lunéville - 54)

    Face à l’état sanitaire inquiétant de l’église Saint-Léopold au sortir de la guerre, l’abbé Étienne Aubry s’engage, dès son arrivée à Lunéville en 1945, dans l’édification d’un nouveau lieu de culte conçu...